Chantiers internationaux en France et à l'étranger

Etre bénévole auprès des enfants

Agir sans s'engager dans la durée, est-ce possible?

Etre mineur et créer son asso

La visite aux personnes âgées

Aider les personnes en grande précarité sur le terrain

Bénévolat ou volontariat ?

Edition spéciale Moins de 18 ans

Illettrisme, alphabétisation, apprentissage du français.

Que pensent les recruteurs du bénévolat?

Jeunes Ambassadeurs de l'UNICEF

Devenir auxiliaire d'aveugles

Les Jardins partagés se développent !

Pompier : un engagement volontaire !

Orange RockCorps : 4h de chantier contre une place de concert !

S'engager auprès des enfants malades et handicapés

Le Bénévolat en MJC !

Le bénévolat…de chez soi !

Le bénévolat de compétences

Bien choisir son bénévolat

Etre secouriste dès 12 ans

Le bénévolat dans le domaine de la santé

Chômage et Bénévolat


Chantiers internationaux en France et à l'étranger
De nombreuses associations proposent des chantiers internationaux de bénévoles, c'est-à-dire des chantiers de courte durée, qui réunissent des personnes d’origines culturelles et géographiques très diverses, chargées de réaliser un projet utile à la collectivité, en France ou à l’étranger.


Les domaines d’intervention

Ils sont également très variés : restauration et mise en valeur du patrimoine, fouilles archéologiques, protection de l’environnement et préservation d’espaces naturels, réhabilitation de l’habitat, animations culturelles ou sociales, projets de solidarité etc.
Ces chantiers durent de deux à quatre semaines, chaque groupe gérant collectivement le travail, les loisirs, les repas et le budget.

En France, les chantiers internationaux mobilisent chaque année près de 10 000 bénévoles (parfois à partir de 14 ans) et plus de 1600 animateurs, bénévoles ou salariés, qui participent à leur encadrement.

A l’étranger, les projets sont initiés par des associations locales, partenaires des associations françaises, et permettent à des bénévoles partant de France de rejoindre d’autres volontaires sur les cinq continents. Il s’agit beaucoup plus de découvrir d’autres cultures et d’autres situations sociales que de missions humanitaires proprement dites.

Combien ça coûte ?
Dans tous les cas, le bénévole doit acquitter des frais d’inscription qui sont de l’ordre d’une centaine d’euros pour les chantiers en France – davantage quand il s’agit de chantiers de mineurs qui sont assujettis à un encadrement plus important.
Ces frais incluent l’hébergement, la nourriture et, en général, les loisirs (mais pas toujours) mais jamais le transport jusqu’au lieu de chantier.
Il existe des possibilités d’aide financière par les caisses d’allocations familiales, parfois par les communes.
Dans le cas d’un chantier à l’étranger, les frais d’inscription sont plus élevés (les associations locales ne recevant en général aucune subvention) de même que les frais de transport qui, durant l’été, peuvent être très coûteux. A quoi s’ajoutent les frais de visa et de vaccins éventuels.


Associations proposant des chantiers
Site Cotravaux
 


Flora - 24
Solidarités Jeunesses
Service Civique Volontaire

Peux-tu te présenter ?
Je m'appelle Flora, j'ai 24 ans. Après mon BTS communication visuelle option multimédia et d’autres expériences (de nombreux chantiers et 2 mois de volontariat en Corée), je suis devenue volontaire SCV (service civique volontaire) à l’association Solidarités Jeunesses pour 9 mois.

Q ue fais-tu dans l’association ?

Je m’occupe principalement de la promotion du volontariat pour Solidarités Jeunesses. Solidarités Jeunesses organise des chantiers internationaux en France et à l’étranger, grâce à ses partenariats dans plus de 70 pays. Par conséquent j’ai créé des affiches et des flyers. En parallèle, j'aime prendre des photos des évènements liés aux actions de notre association afin de documenter nos archives (formations d'animateurs, échanges de jeunes, rencontres, salons, réunions etc.). Je suis aussi présente sur des stands, des salons et des forums pour informer les visiteurs sur Solidarités Jeunesses et les chantiers. Je suis rarement seule : ma collègue italienne Carmen en volontariat amicus est là, notre équipe et éventuellement nos bénévoles nous accompagnent. Dernièrement, nous avons participé au Salon des Solidarités à Paris.

A coté de ça je m’occupe de la vie associative et je participe aux tâches collectives de bureau.

Qu’as-tu appris ?

En tant que volontaire, il faut être ouvert aux autres, créer de bonnes relations. Cela me permet de m’améliorer dans la communication orale. De même je pense qu'il faut être relativement autonome et avoir un esprit d'initiative.

Qu’apprécies-tu le plus ?

J'apprécie particulièrement toutes ces opportunités de rencontre, que
ce soit avec les volontaires/bénévoles de notre association grâce aux formations ou aux réunions, ou avec les jeunes que j'informe sur les stands, ou encore les associations présentes aux évènements...

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de Solidarités Jeunesses